Tendances mondiales à long terme

De nombreux indicateurs statistiques indiquent une profonde tendance à l’amélioration du niveau de vie dans l’ensemble des pays. La plupart de ceux qui n’ont pas rattrapé la cohorte des pays occidentaux sont en train de le faire. Toutefois, des bouleversements soudains peuvent donner lieu à des effondrements de certains indicateurs, qui oscillent ensuite avant de finalement rattraper le temps perdu.

Bien que l’impression ressentie dans la vie quotidienne ne le reflète pas nécessairement, il existe une profonde tendance de fond à l’amélioration du niveau de vie. Ce fait macro-historique peut se dissimuler aux individus par des biais dans la sélection des informations, lorsque la situation est bonne, ou parce que la situation présente une authentique stagnation ou régression locale. Par exemple, en France, la révolution de 1789 a été suivie par un siècle d’instabilité politique et d’autoritarisme (l’atmosphère étouffant de l’époque a été retranscrite dans la littérature et des arts de l’époque) qui constituait une période d’adaptation et de consolidation des progrès politiques de la Révolution.

Après l’échec des théories du XXème siècle qui visaient à transformer radicalement le rôle de l’homme dans la société (fascisme et national-socialisme, et marxisme-léninisme), la période actuelle est marquée par le rejet des idéologies dans un contexte d’économie de marché, qui tourne autour des aspirations personnelles de l’individu. Ce modèle fonctionne bien tant que l’économie fonctionne, mais dans un contexte économique défavorable, les individus qui subissent des désagréments matériels n’ont pas la consolation de se sentir partie d’un tout au bénéfice duquel ils consentiraient des sacrifices personnels (alors que, par exemple, les Britanniques acceptaient le rationnement tant qu’il tendait à la lutte contre le nazisme).

Comme l’anti-idéologie prévalente les empêche d’identifier des classes sociales (au sens marxiste du terme), les moins favorisés ne se sentent pas séparés des privilégiés par un fossé. La différence est perçue comme quantitative plutôt que qualitative (exprimé par exemple dans le discours de Mitch Daniels: « nous n’acceptons pas que notre nation soit jamais une nation de gens qui possèdent des richesses et de gens qui n’en possèdent pas; nous devons toujours être une nation de gens qui possèdent des richesses et de gens qui en posséderont bientôt » (We do not accept that ours will ever be a nation of haves and have nots; we must always be a nation of haves and soon to haves.). Les défavorisés finissent ainsi par s’identifier aux plus nantis et, paradoxalement, deviennent des acteurs notables dans la défense des inégalités. Deux exemples:

  • Aux USA, des membres de classes moyennes inférieures paupérisées défilent pour refuser l’imposition du 0.1% le plus riche, avec un discours de type « je veux pouvoir dépenser mon argent comme je l’entends ». L’idée sous-jacente qu’ils défendent par avance un statut qu’il sont appelés à acquérir est déconnectée de la mobilité sociale réelle.
  • En France, les jeunes défilent pour la défense de ce qu’ils perçoivent comme « leurs » retraites. Les réalités démographiques des Baby Boomers étant ce qu’elles sont, ils ne font là que repousser de réformes inévitables et, paradoxalement, aggraver les inégalités qui en découleront. Ils agissent ainsi avec un esprit de sacrifice involontaire que ne laisseraient pas présager leurs prétentions intéressées, quoi qu’irréalistes, aux mêmes retraites que leurs parents.

Il semble que nos sociétés vivent une période de transition entre le monde des baby-boomers, marqué par une économie triomphante et une domination planétaire de l’Occident, et un monde moins inégal à l’échelle de la planète, mais temporairement un peu moins agréable à vivre dans les pays riches pendant que les rééquilibrages s’effectuent. Tant que les jeunes générations de l’Occident continueront à vivre le monde actuel avec la grille de lecture de celui de leurs parents, les castes privilégiées bénéficieront d’un fort soutien de la part de ceux-là mêmes qu’elles exploitent.

Sur les 25 dernières années, à l’échelle mondiale, il y a moins de famines; l’épidémie de SIDA est enrayée ; la mortalité infantile diminue. De longue haleine, les gens vivent de mieux en mieux et la violence recule. Les indicateurs de transition démographique montrent que dans les pays arabes, les femmes se marient de plus en plus tard et font de moins en moins d’enfants, ce qui permet d’affirmer que ces pays vivent de profondes modernisations sociales. Dans ce contexte, l’islamisme radical apparaît non comme une idéologie menaçante comparable au nazisme ou au communisme, mais comme l’angoisse existentielle de quelques intellectuels dogmatiques et réactionnaires. La population mondiale devrait se stabiliser autour de 9 milliards, ce que la Terre peut nourrir, et il est tout à fait possible d’offrir à tout le monde un niveau de vie décent dans des sociétés démocratiques.

A moins de scénario de rupture (comme une guerre thermonucléaire ou une catastrophe écologique de type extinction de masse), la Terre va devenir de plus en plus égalitaire et agréable à vivre. Le danger véritable est que ce cours naturel soit contrarié par des actions ou omissions absurdes. L’Occident va donc devoir se concilier avec la perte de sa prédominance stratégique dans un monde de plus en plus multipolaire (en particulier, user de la force avec plus de sagesse et de meilleures raisons qu’en Irak), et s’attaquer sérieusement aux émissions de dioxyde de carbone. Mieux ces transitions seront négociées, plus vite les sociétés évolueront vers l’économie de l’abondance que l’ont voit poindre dans  l’informatique, les communications et la culture.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s