Vente de Rafale à l’Inde

La vente d’avions de guerre à un pays est toujours significative des liens qui unissent les Etats ou qui se créent entre eux. Il ne s’agit pas seulement d’échanger de l’argent contre des biens, mais aussi de se lier mutuellement par des engagements sur l’entretien, la formation des équipages, les pièces détachées, les mises à jour, les transferts de technologie, etc. Aussi la vente de Rafale indique-t-elle un renforcement durable des liens entre la France et l’Inde. Cet engagement pourrait donner plus de poids à la voix d ela France dans la région, et en particulier lui donner plus de prise sur les questions liées au Pakistan.

Les F-14 achetés par le Shah illustrent ce qui arrive si l’on rompt brusquement les liens diplomatiques avec l’Etat qui fournit des avions: ils ont presque immédiatement perdu leur capacité à lancer les AIM-54 Phoenix qui constituent l’atout essentiel du F-14, ce qui a réduit leur rôle à celui de plateformes aériennes radar pour l’alerte avancée; le nombre d’appareils disponibles a ensuite fondu au fur et à mesure que certains étaient cannibalisés pour maintenir les autres en état de marche, jusqu’à ce que ces avions soient beaucoup plus dangereux pour leurs équipages que pour l’ennemi.

La vente de Rafale indique donc un renforcement significatif des liens politiques et stratégiques qui unissent l’Inde et la France. Indirectement, elle est très significative pour le théâtre afghan. La défense indienne est en grande partie orientée pour faire échec aux revendications du Pakistan, avec lequel les relations ont toujours été tumultueuses. Comme les deux pays possèdent maintenant l’arme nucléaire, leurs relations balottent constamment entre les dégradations dues à leurs intérêts contradictoires (notamment sur le Kachmir), leur profonde méfiance mutuelle et les incidents terroristes; et une certaine retenue qui tient pour partie aux efforts frénétiques de la communauté internationale pour empêcher un conflit, et pour beaucoup à leur propre bon sens et instinct de conservation.

Le Pakistan a un fort ascendant sur l’Afghanistan, qui est un peu son jardin. Les relations indo-pakistannaises conditionnent donc fortement la situation en Afghanistan, où les troupes de l’OTAN combattent depuis 11 ans. Le vice-président américain Biden le formule par

Il y a une incohérence fondamentale dans la stratégie [à l’égard du Pakistan]. Ce dont le Pakistan ne veut pas par principe, c’est un gouvernement afghan unifié conduit par un Pachtoune avec des sympathies pour l’Inde [comme Karzai. Ainsi, pour le Pakistan, soutenir les Talibans est] une assurance contre ça. Mais notre politique est conçue pour renforcer le gouvernement Karzai et éradiquer les Talibans. [Obama’s wars, p.163]

L’Inde est la plus grande démocratie du monde; sa population est appelée à s’enrichir et à dépasser en nombre celle de la Chine. En nouant des liens forts avec elle, la France se met en position d’influer significativement dans la région à long terme. A moyen terme, avec l’accès privilégié des USA au gouvernement pakistannais, elle pourrait même contribuer à appaiser la défiance mutuelle entre l’Inde et le Pakistan, et diminuer les raisons pour le Pakistan de soutenir les Talibans.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s